Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 13:11

Il mit le contact et démarra vivement, comme à son habitude.

 

Il aurait aimé s'attarder à papoter avec cette nouvelle arrivante, mais il avait senti qu'elle souhaitait la solitude.

C'était le genre de femme qu'il appréciait, sans aucune arrière-pensée. Le genre de femme, en fait, qu'il aimerait que sa nièce de douze ans, qu'il avait tendance à "paterner", devienne: jolie sans ostentation, intelligente sans pédantisme, amicale sans exagération. Tout à fait aréable.

Il se savait mal perçu au premier abord. Les gens, souvent, lui mettaient sur le dos l'étiquette du quadragénaire célibataire, vieillissant mal, aux moeurs douteuses. Son relâchement physique et son goût des beaux vêtements lui en donnaient complètement l'air, et il avait appris à surprendre ses interlocuteurs en montrant qu'il n'était en rien conforme à son apparence.

 

Il était important, à son avis, de rassurer les nouveaux arrivés dans la ville quasi-morte, car lui-même avait cru un temps qu'il allait s'enterrer s'il restait par ici.

 

Elle lui rappelait qui il était il y a dix ans, lorsqu'il s'était cru échoué au fin fond de nulle part, voulant fuir son échec de vie de couple en mettant de la distance avec ses proches.

 

Bon, ce n'était pas tout, de se vouloir être un premier bon contact pour la nouvelle venue. Il arrivait sur les lieux de son rendez-vous suivant, avec des clients réguliers, et il devait sortir de ses pensées pour se concentrer sur l'action, au risque sinon, que les rumeurs, qui allaient bon train dans cette petite agglomération, déforment son air rêveur et en fassent un admirateur fanatique de la jeune et jolie fille.

 

Il trouva une place à deux pas du portail, sortit de son véhicule muni de son énorme dossier, et alla sonner. Le portail électrique s'ouvrit en couinant, et la porte de la maison s'ouvrit. Un "Entrez!" fut crié, et il s'avança, précautionneux.

 

" - Bonjour, comment allez-vous?

- Bien, merci, et vous?"

 

Il savait ces questions/réponses complètement dépourvues de sens et de réel intérêt. Bon sang, il était là pour affaires, et il savait que s'il était tenté de répondre sincèrement à la question, cela nuirait immédiatement aux discussions commerciales. Ce qui ne l'empêcha pas de s'y prêter avant d'entrer dans le vif du sujet, la vente de leur maison secondaire.

 

Il s'installa et déballa les dossiers des trois intéressés par l'achat, afin d'étudier avec eux la meilleure transaction possible.

 

La visite chez Monsieur et Madame Aber alla vite, finalement. Il put rentrer assez vite à l'agence boucler les aspects administratifs de ses dossiers et rappeler les rares correspondants lui ayant laissé des messages.

 

Il se rendit à l'épicerie.

 

Il avait plus ou moins l'espoir d'y croiser la nouvelle locataire, qui serait sans doute dans l'urgence d'acheter quelques vivres ou produits de nettoyage. Il aurait aimé lui donner quelques informations utiles sur la ville, l'aider en quelque chose, abolir ce triste aspect commercial de son métier et se montrer autrement que l'humain professionnel, pour changer.

 

Le magasin était vide, si l'on exceptait le gérant presque poussiéreux d'ennui qui se dessèchait derrière son comptoir, les yeux morts. Il lui sourit en arrivant à la caisse, mais l'homme restait impassible. Il était pourtant bon client, mais cet individu devait avoir perdu toute humanité depuis longtemps, habitué à passer mécaniquement les codes-barres devant le scanner.

 

Il rentra chez lui. Un appui sur la chaîne hi-fi, et d'un jet il balança sa veste sur le dossier de son canapé. Direction cuisine, il mit le plat dans son four à micro-ondes, et fit jouer la musique des touches du four pour programmer les trois minutes trentes préconisées.

 

Il s'assit dans le canapé, croisa les jambes, et sourit de ses pensées humanistes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

askelia 23/05/2011 19:04


un faux "monsieur-tout-le-monde"!
J'attends la suite!


Vert-de-Gris 23/05/2011 19:25



Ouais! Je ne veux pas d'une histoire ordinaire! Et pour cause: les histoires ordinaires, moi, je ne les connais pas! :D