Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 20:42

Un soir, elle pense. Elle pense, et elle pleure. Pas sur quelqu'un, pas sur quelque chose, non, sur tout un ensemble.

 

Elle pense... Elle repense, elle se dépense.

 

Elle voit. Tout. Tout ce qui l'entoure, et même ce qu'elle n'a pas envie de voir. Elle voit aussi ce qu'elle est, où elle en est.

 

Ouais. Elle ne s'en tire pas trop mal. On l'imagine souriante. Du genre qui s'étire et se ré-étire. Mais pas souvent elle ne voit le rire. Elle le simule. Rires éraillés de tabac, forcés.

 

Finalement, non, elle ne pleure pas. Elle n'y arrive plus. C'est déjà au-delà. Elle est dans un je-m-en-foutisme terriblement teinté d'ironie.

 

Elle regarde, elle observe. Elle attend, même si elle court. Elle ne sait pas ce qu'elle attend, elle ne sait pas pourquoi elle court.

 

Tout cela n'a déjà plus d'importance, elle est dans l'absence et non dans la danse. Tournent les têtes, elle reste immuable. S'ouvrent les oreilles, elle reste demie-sourde. S'écarquillent les yeux, elle reste aveugle.

 

Statue de cire, qui ne fond pas.

 

Bloc de glace, amas givré, dans les gestes et dans sa tête.

 

Prisonnière d'un labyrinthe étroit, étroit, et trois petits tours. Et puis s'en va.

 

Tours de passe-passe, la dernière restera.

 

La dernière quoi?

 

Volonté? Vol entier de la volonté, volantée et fantaisiste écharpe utopiste.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert-de-Grisaille - dans Journal d'un étrange être
commenter cet article

commentaires