Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 14:01

Un jour, un jeune groupe de musiciens, musant sur la toile, cherchaient à connaître leur référencement sur les moteurs de recherche.

 

Le hasard les fit tomber sur un blog, à l'ambiance mélancolique comme leurs chansons, empli de jeux de mots comme leur nom de groupe.

 

L'An Terne.

 

Piqués au vif, ils écrivirent une missive virtuelle à cette auteure vaporeuse.

 

Il en résultat une production collaborative.

 

L'An Terne à la musique, Vert-de-Grisaille aux paroles.

 

Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, je vous présente

 

La ballade du clochard

à écouter sur ces liens: link / link

Frangins de misères,

Ames en galère,

D’un bout à l’autre de la Terre,

Se trouvent un jour

En rade, au détour,

D’une rue ceinte de sombres tours.

Anciens bagnards,

Anciens taulards,

Chantent la ballade du clochard…

 

Viens, viens, brother,

Assieds-toi en tailleur

Et hurle avec nous,

Les joyeux et les fous.

Quand rien d’autre qu’un filet de voix

Nous permet d’exorciser nos frimas,

Nous sommes les chanteurs, de suie, noirs,

Et on s’éclate avec la ballade du clochard !

 

Pavés humides

Relents putrides

Au quotidien le ventre vide,

On partage,

On déménage

A la cloche de bois, on vole à l’étalage,

On nous évite,

Notre crasse lévite,

Et, avec joie, on instaure ce rite :

 

Viens, viens, brother,

Assieds-toi en tailleur

Et hurle avec nous,

Les joyeux et les fous.

Quand rien d’autre qu’un filet de voix

Nous permet d’exorciser nos frimas,

Nous sommes les chanteurs, de suie, noirs,

Et on s’éclate avec la ballade du clochard !

 

Pauvres hères, mais joyeux lurons,

Sans mot d’air à Sion, chantons

Avec grogne

Et sans vergogne :

 

Viens, viens, brother,

Assieds-toi en tailleur

Et hurle avec nous,

Les joyeux et les fous.

Quand rien d’autre qu’un filet de voix

Nous permet d’exorciser nos frimas,

Nous sommes les chanteurs, de suie, noirs,

Et on s’éclate avec la ballade du clochard !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

M'amzelle Jeanne 12/02/2012 15:11

Triste... Il est triste ce texte, et superbe à la fois. Il me fait me souvenir du retour de guerre de ceux qui ont combattus, ont laissés des amis, des "frangins" sur le front et sont surpris d'en
être revenus.
Mon père avait I8 ans à la guerre de I914 et à son retour il parlait de ses frangins de misère
Je t'embrasse fort.
Jeanne

Vert-de-Grisaille 12/02/2012 15:51



J'aime beaucoup cette expression, frangins de misère. Cela montre tellement à quel point on peut devenir proche en vivant baigné dans une même galère. Merci pour ton souvenir qui vient illustrer
cette chanson de sa réalité.


Je t'embrasse fort, moi aussi, Jeanne.


A très bientôt.