Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 20:15

Cela coulait de source pour certains, mais ce n'était pas si évident pour moi.

 

Les yeux fermés sur la chance qu'il avait eue. Celle d'avoir connu ses années de prospérité, celle de s'être quotidiennement endormi et quotidiennement réveillé avec la certitude d'être aimé.

 

J'avais connu, de mon côté, l'assoupissement et le réveil dans la certitude continuelle de ne pas l'être, agrémentée de la peur de ne jamais être entourée de ce sentiment.

 

Incroyable que deux vécus aussi contraires aient pu se rapprocher. A se demander ce qu'on foutait là dans les bras de l'autre.

 

Là où lui aurait du m'apporter de son assurance, c'était moi qui lui avait communiqué de l'audace.

 

J'étais l'écoute. J'étais la consolation. J'étais celle dont il puisait la force pour ensuite vivre plus sereinement son quotidien auprès de sa légitime.

 

J'étais en trop, aussi.

 

Il m'avait un peu plus destabilisée, car en plus de m'avoir appris que jamais je ne serai aimée comme il aurait fallu, il m'avait offert la certitude que même la pire pétasse de ce monde peut obtenir beaucoup, beaucoup plus, de sentiments que moi.

 

Et cette sensation... non, cette sensation ne me quittait pas. Les âmes charitables qui tentaient désespérément de me faire voir que je leur inspirais un minimum d'intérêt, n'arrivaient pas à me relever de l'abattement exercé par la force de l'amour.

 

Je voulais leur faire plaisir, leur offrir de temps à autres une récompense à leurs efforts. Mais immanquablement, je replongeais, et je les savais frustrés de leur incapacité, comme je me sentais pesante de malheurs sur leurs épaules.

 

Sentiment de n'avoir que négatif à apporter, encore...

 

La vie m'avait quittée, j'allais donc quitter la vie trop fade ou seule m'était apparue, au grand jour, mon inutilité et mon désintérêt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert-de-Gris - dans Philo de "contoir"
commenter cet article

commentaires

isabelle 24/01/2011 07:53


je te l'avoue même si je lis tes blogs, forcément je n'y mets pas systématiquement un commentaire

alors tout d'abord j'adore la mise en page ...cette plume dans l'encrier, cette bougie , cette couleur ...

et puis dans chacun de tes textes je te vois, je nous revois discutant autour de cafés, installées dans mon divan ou marchant dans le parc de la Citadelle...

je te vois toi, je vois la personne que j'ai eu la chance de rencontrer, de voir,avec qui j'ai partagé une seule semaine mais tellement plus enrichissante que parfois une année avec quelqu 'autre
personne.
je t'embrasse très très très fort
isa


Vert-de-Gris 24/01/2011 09:30



Bonjour Isa,


Tu as réussi à me faire venir les larmes. Tu sais qu'à moi aussi, mes monologues écrits me rappellent certains sujets de conversation partagés avec toi. Similitude des ressentis, histoires
différentes ;)


Je t'embrasse fort.