Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 17:04

Donnes-moi un peu de chaleur,

Pour compenser ces frimas,

Qui me sonnaient de leur glas.

 

Tiens-moi les bras, tends-moi les mains,

Que ton étreinte me soit été indien

Dans les murmures d'un "tiens"...

 

Laisse sur mes lèvres ce rayon

D'un baiser goût sabayon

Et que ta présence me soit hayon.

 

Du fin fond de mes souvenirs,

Fais remonter les écumes salées,

Détruis les ruines de mon passé,

Et aide-moi à reconstruire.

 

Fais-moi sortir mes rêves,

Oublier les cauchemars,

Des coups de cafard,

Remplis-moi de sève

 

Fruitée et acide, pour que je renaisse.

Gerçures de lèvres de mon hiver

Doivent s'adoucir au vétiver.

Sois mon été indien, ma nouvelle tendresse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert-de-Gris
commenter cet article

commentaires

Jacinte 28/02/2011 23:23


C'est très joli ! Que dire de plus :) j'aime !


Vert-de-Gris 01/03/2011 12:47



Merci :)



mandrelli 28/02/2011 07:43


très jolie.
la noirceur de certain a été remplacée par un souffle nouveau.


Vert-de-Gris 28/02/2011 07:58



Un souffle nouveau? Un murmure de printemps, qui me rend un brin tendre ;)



Steph 27/02/2011 22:47


J'adore !
C'est superbe


Vert-de-Gris 28/02/2011 07:57



Merciiiiiii


Je ne m'essaie pas souvent à la rime, mais au vu des commentaires, je ne dois pas y être si mauvaise que ça!



Gon 27/02/2011 18:06


Mais que voila un bien joli texte...tiens


Vert-de-Gris 27/02/2011 19:10



Merci ;)



askelia 27/02/2011 17:35


j'aime la légère pointe de sensualité...


Vert-de-Gris 27/02/2011 18:06



Peut-être, pour moi, une réunification de l'esprit et du corps?


Après avoir eu la tête sur les épaules et le coeur à l'envers, j'eus scindé les deux, monté un mur entre eux...


Mais telle Berlin en 1989, un vent de rêve-évolution m'emporte, et avec lui, mes feuilles mortes...


A suivre...


(PS: je suis sûre que l'expression par points de suspensions vous est aussi évocatrice qu'à moi)