Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 08:01

Ce matin-là, comme tous les matins, j'attrapais le journal qui dépassait de ma boîte à lettres.

 

D'habitude, je commençais ma lecture sur le chemin entre la boîte et la maison. Mais, avec le retour du froid et l'humidité matinale, je n'avais pas envie de m'attarder. Je rentrais donc, me fis un café, et m'installais. C'est là que tout commença.

 

En dépliant le journal, je trouvais ma trombine en première page. Je crus que mes yeux de hibou mal réveillé m'avaient trahi et je m'empressais d'avaler une gorgée de café serré avant de pousser l'investigation.

 

Je regardais à nouveau.

 

Non, je n'avais pas rêvé. C'était bien moi. Ce que je faisais là, en revanche, c'était une autre paire de manches avant que je ne comprenne.

 

Je vous avoue que la cafetière avait bien marché pendant cette heure de découverte. J'avais besoin d'adrénaline liquide à faire circuler dans mes artères et mes neurones pour bien cerner le merdi.. hum... le bazar.

 

Il était question d'agression, et pas n'importe quelle agression. Un politique notoire avait subi une attaque flinguée et avait été loupé de peu. Le portrait établi permettait bougrement de reconnaître ma tronche grâce à celui qui avait vu quelqu'un au "comportement suspect". Quel était ce quiproquo? Je me demandais si j'allais avoir le fin mot de l'histoire, moi qui ne m'était jamais intéressé outre mesure à la politique.

 

Après le quatrième expresso, je fus comme traversé par un éclair de compréhension. Littéralement: mes yeux clignèrent dans un effet visuel de lumière noire, et mes neurones mirent le puzzle en place. Mon foutu voisin, source de mes emmerdes depuis quelques temps.

 

Ce salopard était un politicard bien confirmé, et bien fonctionnaire. Les pots-de-vin, le glandouillage, c'était ça sa vie. Je l'avais entendu quelques fois parler un peu trop fort lorsqu'il se pavanait au téléphone dans son jardin. J'étais au courant de pas mal de choses, et ça ne lui avait jamais posé de problème. Jusqu'à.

 

Jusqu'à ce qu'un jour, je me liais d'amitié avec un journaleux. Bien entendu, l'amitié n'avait rien à voir avec sa fonction professionnelle, mais Mr le Voisin s'était senti menacé par cette présence gênante. Il m'avait fait quelques remarques sur mes "relations douteuses" à l'occasion de nos chassés-croisés de "bon voisinage", mais je l'avais remballé en lui disant de se mêler de la poussière de son paillasson, lequel paillasson abritait l'amant de sa femme pour pallier à ses défectuosités en matière de virilité.

Bon, je reconnais, pas très diplomate de ma part, mais pour moi, ça devait en rester là.

 

Mon pote m'avait entendu vaguement évoquer l'affaire, et avait mis un de ses amis sur le coup, pour un article dans la presse à scandales. Et le problème était qu'ils avaient déniché bien, bien plus. Une sombre histoire de prostitué masculin ayant besoin de faire blanchir un peu d'argent pour ses dealers, et qui profitait de la générosité de la dame pour troquer quelques biftons et, au passage, pour lui en soutirer quelques-uns de plus pour sa consommation perso.

 

Bref, j'étais devenu la bête noire de Monsieur le Notable. Cette ordure était le "témoin" qui avait aperçu le suspect...

J'étais en train de me demander pourquoi je n'étais pas encore incarcéré, quand j'en compris également la raison. S'il avait voulu me faire emprisonner, il m'aurait littéralement dénoncé. Mais là, non. Il voulait juste me faire flipper, suffisamment pour que je me terre, voire que je déménage. Il avait plus d'intérêts à me faire taire par pétoche, qu'à me pousser à raconter ses petites histoires d'argent et de fesses à des enquêteurs. Pour le moment, il pouvait toujours jouer les cerveaux surmenés et dire que son portrait n'était sans doute pas fiable. Après tout, qui croirait-on? Le bon politique influent de la ville ou l'obscur nouveau riche que j'étais, chanceux de la vie, avec mon insolente réussite dans le monde de la finance?

LeJournal

 

 

Alors, je passais rapidement aux petites annonces immobilières pour connaître la valeur de vente de ma maison... 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ndlr: merci à CrazyHorse pour le dessin ;)

Partager cet article

Repost 0
Published by Vert-de-Grisaille - dans Défis des Croqueurs
commenter cet article

commentaires

Tricôtine 09/11/2011 21:26


Ambiance noire chez toi c'est sulfureux et bien écrit toujours, je soupçonne melle Vert de Grisaille dans le salon avec la plume... ton Cluedo est bien huilé (si je puis dire) entre les mafieux et
les financiers y a de quoi pousser l'investigation plus loin ... !! merci pour ton défi à lire sans modération !


Vert-de-Grisaille 09/11/2011 22:09



Merci Tricôtine; je ne suis pas certaine de pouvoir participer bientôt à un autre défi, bien que l'envie d'écrire me chatouille sérieusement... mais les impératifs professionnels augmentent.


En tout cas, j'aime vraiment beaucoup ces jeux!


A bientôt et au plaisir :)



Elo 02/11/2011 12:09


BRAVO BRAVo !!!! Défi plus que bien mené !!!! J'adore ! bisous


Vert-de-Grisaille 02/11/2011 14:04



Merci! Je commence à prendre plaisir à écrire de la fiction. Pourvu que cela dure...!


Au plaisir :)



harmonie37 02/11/2011 11:49


Des véreux, ils peuvent tout faire au final !!!!
Mais la tac tic de déménager est un peu radicale mais bonne !!!!

Ca lui coupera l'herbe sous les pieds !!!


Vert-de-Grisaille 02/11/2011 13:56



C'est bien parce que le monde est empli de véreux que j'ai trouvé une idée! ;)


Merci de votre passage, et au plaisir!



ABC 01/11/2011 21:49


Sourire, l'affaire est bien menée, et la sauce a prise puisqu'il lit les petites annonces immobilières !!!


Vert-de-Grisaille 02/11/2011 07:40



Ehhhh oui! Le "gentil" ne s'en tire pas toujours indemne!


Merci de votre passage!



Marie de Cabardouche 01/11/2011 16:40


Ce texte bien campé tient en haleine de bout en bout. Bravo!
Il y a de quoi déstabiliser totalement ceux qui se retrouveraient, dans la vie réelle, confrontés à ce genre de situation cauchemardesque, j'en frissonne...


Vert-de-Grisaille 01/11/2011 19:40



Bonjour Marie,


En effet, l'histoire me fait peur à moi aussi. Il est vrai qu'on ne choisit pas ses voisins... c'en est effrayant, parfois!


Merci pour ton passage, à bientôt!