Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • Le blog de vertdegrisaille.over-blog.com
  • : Si les mots sont, Alors l'émotion.
  • Contact

Radio Official Jin West

Recherche

Archives

16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 18:35

Croisement de textes entre Mathieu Jaegert et Vert-de-Grisaille

 

L'une a l'habitude de croiser les mots, croiser les plumes...l'autre pas. Ils partagent le même rapport aux mots. Elle lui a donc gentiment proposé de faire ses premiers pas dans un quatre mains. Défi relevé...En voici donc le "cotricotage" résultant, broderie un poil humoristique sous la forme d'une présentation alternée de l'un et de l'autre par l'une et par l'autre... 

 

 

On aurait dit une femme ordinaire. Mais sa particule apparemment élémentaire, lui confère une noblesse hors pair, d'orfèvre du tissage littéraire.

 

C’est un homme apparemment ordinaire, mais profondément hors d’un air, l’air du qu’en-dira-t-on.

 

 

Ses mots assemblés en fulgurances intenses, en performances rares, battent le pavé des blogs et plateformes d'auteurs en herbe, et en cadence. Ils subliment nos regards de lecteurs devenus accros. Sans outrecuidance, sans suffisance. Avec aisance. En vers, ou pas, envers et en travers nos écrans, ses propos, ses fines tournures explorent la quintessence des sens cachés. Elle nous livre leur essence sur un plateau d'or, comptant, contant leurs subtiles substances. Ils ne restent d'ailleurs jamais en travers nos gorges de buveurs de mots, d'avaleurs de leurres finement ciselés.

 

De son métier nécessaire à la santé humaine, et pourtant si honni, il s’est créé la force de l’humour, et son humeur en est contagieuse. Ses contes, âgés de raison, sont sans agios. Il les offre à notre plaisir de lire, et c’est presque trop.

Il raille et raye ses contemporains assez contents d’être bourrins, et, l’âme burinée par un soleil palpable, il illumine les plateformes d’écrivains, bien que ses écrits ne paraissent pas vains.

 

 

Démo de mots, amas de maux, qui, éclairés par nos lanternes ne s'avèrent jamais ternes. Inclinaisons jubilatoires, déclinaisons oratoires de son art coûte que coûte, vaille que vaille, raille qui raille, finie la grisaille. Ses mots mine de rien, plume de fer, mine de rien, l'air de vers, des jeux de mots fragiles comme le verre, sensibles et prestes comme l'éclair, nous saisissent sans revers.

 

De temps à autres, il évoque son métier, avec l’art d’un tisserand.

C’est que, voyez-vous, il bosse en corrélation avec un centre de tri de déchets. La lie de l’humanité lui file donc entre les doigts, mais rien de tout cela ne le met en échec, le Mat’. Les mots lui sont sa soupape de sécurité, même s’il n’a l’air ni chochotte, ni cocotte.

 

Du foyer de la cheminée du foyer dont elle rêve, s'échappent avec panache, un panache de ses textes, de son écriture panachée, à peine hachée de jolis coups de gueule, de brefs coups d'éclats. Des volutes bigarées, des uppercut percutants de mots, de rimes colorés. Ca rime à quoi vous me direz ? A éparpiller par la force de l'écrit le gris des cieux, le cri des yeux, les nappes de brume, la grisaille éphémère.

 

Sacrée déchette, sacré Mat.

Ils savent à eux deux nous faire rire de leurs périlleuses aventures d’épluchage de nos restes.

Pendant qu’il analyse une composition d’ordure, sa tête façonne une composition d’or dur pour la lecture, et nous lisons ses anas.

 

Quelle mixture ! Le tout ressort « pur », sans chichis mais avec l’agilité d’un « chachacha ».

Et nous, humbles lecteurs, nous lui disons « chapeau ! ».

 

Et moi, et nous, comme elle, nous lui disons " chapeau ! "

Partager cet article

Repost 0

commentaires